Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quand nous avons des manies exécrables, nous n'en prenons pas conscience pas systématiquement, parce que nous ne nous voyons pas tels que les autres nous perçoivent. Ce n'est pas grave, c'est humain. Le plus important est d'avoir la capacité de se remettre en question lorsque cela est perçu de manière trop excessive par nos proches. Bien sur, on ne peut pas être parfait, sans défaut, on parlera ici d'un défaut à un niveau démesuré que l'on peut atténuer si nous avons un peu de volonté. (exemple d'un niveau raisonnable, têtu à 40%) Nous essayons les conseils auprès de nos proches, et dans la plupart des cas cela ne fonctionne pas pour diverses raisons, il/elle est trop têtu, refuse de voir les choses en face, etc... Il y a une astuce assez efficace, celle de filmer la personne, pour ainsi la confronter directement à sa propre image. Très efficace, certes. Le retour est assez violent psychologiquement : gros choc, honte, etc... En essayant de filmer à nouveau la personne, elle ressent un blocage et n'ose plus parler. Il existe une manière plus simple, ludique, et plutôt drôle, au final une expérience plutôt positive. Faire prendre conscience à l'autre de ses comportements excessifs par un jeu d'imitation au moment adéquat "la psychologie inversée".

Exemple, une maman et sa fille ado de 14 ans. Fille : - où tu vas ? Maman : - Je vais à Beauvais ! Une façon détestable de l'envoyer balader. Un jour, la fille l'imita inconsciemment, puis consciemment. Fille : - je m'en vais ! Maman : - tu vas ou ? Fille : - A Beauvais ! Maman, furibond : - Arrête de me parler comme ça ! Fille : c'est comme ça que tu me réponds ! La maman réalise son erreur, mais refuse de l'admettre devant son enfant. Exemple d'une têtue à 85%. Le manège a recommencé plusieurs fois, puis la maman a cessé de répondre ainsi. Maman, choquée : - Ce n'est pas vrai, je ne parle comme ça ! Exemple récent. 2 garçons de 9 et 6 ans, participent à une jeu de société "destin" avec leur mère et leur tante. Chaque fois qu'un garçon perdait, il faisait sa crise, gesticulait, chouinait, quittait la table, boudait, pleurait, jetait ses billets, chahutait avec son frère, etc... Agacée, la tante décida de les imiter pour les confronter à leur image. Lorsque la maman des enfants parla d'une mauvaise carte destinée à la tante qui lui indiquait un licenciement, la tante se leva de la chaise en gesticulant tel un enfant en crise : - Oh non, ce n'est pas juste ! oh non, ce n'est pas juste ! Le garçon de 9 ans se mit à sourire, la maman aussi. La tante traversa la pièce en gesticulant, et se plaça devant son neveu de 6 ans assis dans un coin qui pleurait. Quand il aperçut sa tante, il se mit à sourire. La tante fit la moue en croisant les bras, et s'assit dans le coin face à son neveu de 6 ans qui se mit alors à rire, elle continua le jeu jusqu'au bout : - J'en ai marre, si c'est comme ça, je ne joue plus moi ! Dans cet exemple, l'humour prend le dessus, et la prise de conscience se fait en douceur.

Tag(s) : #philosophie, #société, #sociologie, #psychologie

Partager cet article

Repost 0