Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mon attention s'est portée sur un article parlant de "l'absence", expliquant que ceux qui s'absentent ne veulent pas être présents, une façon de leur faire du mal pour s'en éloigner. 

Ainsi, je pensais que oui et non, il y a des gens absents et d'autres absents parce qu'ils le subissent, le cas de mes parents par exemple. A mes 18 ans, mon père avait décidé de nous quitter pour aller s'installer à l'étranger avec ma mère, mais  elle voulait rester avec nous, près de ses enfants et ses petits enfants. C'est un peu ce qui avait provoqué son décès brutal. J'étais partie en vacances chez mes parents, à mon départ, ma mère avait dit vivre un moment déchirant au fait de me voir repartir, le surlendemain, elle était admise à l'hôpital pour un malaise grave qui avait entraîné sa mort. Un de mes frères qui voyait mon père comme un égoïste lui en avait voulu énormément. Mon père était quelqu'un qui avait une fierté mal placée, on ne comprenait pas certaines de ses réflexions. Il me disait souvent "à ma mort, je ne veux personne derrière moi !", très clairement une réflexion de rejet. Etait-il conscient qu'il pouvait être blessant pour sa famille ? J'étais atterrée et ne comprenais pas son attitude. Comment pouvait il nous dire ça, à nous ses enfants ?!!  Un autre jour, il disait toujours d'un air cynique "Si tu ne veux pas que je t'aide maintenant, tu n'auras pas un centime après. Vous n'aurez rien à mort !" 

Des années plus tard, mon père avait fait un malaise grave ayant entraîné une perte d'autonomie. Nous l'avions fait rapatrié et placé en maison de retraite. Un de mes frères et ma belle soeur s'étaient chargés de tout, des papiers et de mon père. Ma soeur et moi nous n'avions pas le logement adapté pour s'occuper de lui en attendant de le placer. Mon frère avait trouvé une place tout près de chez lui. Quand mon frère était en vacances, ou occupé, j'étais allée à l'hôpital quand j'avais pu pour l'assister, ou vérifier s'il ne lui manquait pas des choses nécessaires au quotidien. Il était déçu quand il voyait que certains de mes frères ne venaient pas le voir. Il était à 1 Heure de route de chez moi, mes autres frères étaient plus proches géographiquement. Après un coma diabétique, il avait perdu en autonomie et était très confus la plupart du temps, on l'aidait à mettre ses chaussures, mettre une veste, lui donner à boire et un médicament à l'hôpital, etc... Je savais parfaitement à ses expressions faciales qu'il avait honte que je m'occupe ainsi de lui. ça c'était confirmé lorsqu'un jour il m'avait toisée un instant avant de dire "Pourquoi tu t'occupes de moi ? ne t'occupes pas de moi !", ce à quoi j'avais envie de répondre "mais parce que je suis ta fille, parce que t'es mon père ! tu m'as élevé à ta façon !", je ne disais rien car c'est ce que tout le monde dirait, une phrase ridicule et lourde de sens en logique.  Parfois, il avait des moments de lucidité, il posait des questions étranges, il m'avait demandé alors "est ce que c'est possible qu'une maman s'en prenne à son enfant parce que ça se passe mal dans son couple ?". En pensant à une série de mots "souffre douleur", frustration, souffrance, et transfert de cible, j'avais répondu oui sans détour, en expliquant ce que je pensais en une phrase "...comme un souffre douleur, oui, malheureusement". Il avait alors détourné les yeux, le regard hagard et empli de tristesse. C'est en lui expliquant ma version que je venais de comprendre qu'il parlait de demi-vérités dissimulés le concernant, mais je me demandais si ça impliquait le couple de ses parents et lui l'enfant, ou bien son couple.

En découvrant ce fameux article, je fis alors le rapprochement avec ce que je savais déjà, des expériences qu'avaient vécu mon père. Des histoires de familles qu'on avait eu beaucoup de mal à comprendre. Je venais de comprendre alors qu'il était devenu comme ça parce qu'il avait été trahi par sa propre famille.
Petit résumé. Mon père issu d'une famille noble avait hérité du domaine de son père, ses 2 soeurs aussi, il avait été directeur par héritage d'une usine de production de tuiles. En peu de temps il avait tout perdu, ses soeurs avait dilapidé tout le capital en voitures, et autres futilités. Mon père était parti en France. Jeune immigrant et sans domicile fixe, il était courageux et allait de l'avant, il avait trouvé rapidement du travail. Il se débrouillait pour reverser un peu d'argent pour les terrains ou se trouvaient ses soeurs. Et puis un jour, ses soeurs avaient fait passer mon père pour un voleur, alors qu'en fait c'étaient elles, ma cousine, fille d'une d'entre elle l'avait bien confirmé car ils ne s'étaient pas rencontré pendant une vingtaine d'années et l'avait compris lorsque sa propre mère avait dilapidé l'argent du capital d'une auto école qu'elle tenait à une époque avec son mari.  Mon père avait tout perdu à l'étranger, mes tantes s'étaient endettées. Mon père avait essayé plusieurs fois d'aller voir sa mère pour organiser une rencontre avec ses petits enfants, elle n'avait jamais ouvert sa porte, je me souviens d'une fois où nous attendions devant une maison quand j'étais très petite, alors que j'étais la 6 ème enfant, avec 10 ans d'écart avec le premier enfant. Mon père avait du essayer un bon nombre de fois de trouver sa mère.
Mon père n'avait pas le sens de la famille, parce qu'il avait perdu confiance dans la sienne, il n'avait pas su faire la part des choses avec celle qu'il avait conçu. L'égo fait de sacré dégâts dans les relations, n'est ce pas ? Une intuition me dit qu'il s'était rendu compte dans ses derniers jours qu'une partie de sa famille était vraiment là pour lui, uniquement pour lui ! 

L'égo et ses dommages collatéraux

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :